jeudi, octobre 19, 2006

"Black TV newsman is French first"

Je viens de tomber, sur un article tout en Anglais issu du journal BBC news voir ici. Celui-ci, informe, les lecteurs anglais, que depuis peu un journaliste noir présente le journal de 20h en France.

Cet article, concerne Monsieur Harry Roselmack jeune journaliste de couleur qui a remplacé durant les vacances d'été 2006 Monsieur Patrick Poivre d'Arvor, présentateur de renom à la chaîne hertzienne TF1.
Apparemment, ce sujet a énormément intéressé les médias anglais. Pour un pays comme l'Angleterre qui défend le multiculturalisme et l'aspect des communautés; cela peu paraître choquant, que ce ne soit que depuis peu qu'un noir présente en France le journal de 20h.

Pour comprendre ce sentiment de surprise en Angleterre, sur cette prise de conscience tardive de l'apparition d'une minorité ethnique et visible sur les chaînes hertziennes françaises, il faut avant toute chose, remonter dans l'histoire de ces deux pays.
L'Angleterre, depuis toujours permet aux diverses communautés de se côtoyer, de se mélanger et de découvrir les us et coutumes de chacune. Alors que, la France axerait plus sa politique vers l'intégration des minorités ethniques aux us et coutumes présentes en France. Il faut savoir, qu'en Angleterre depuis des années l'un des journalistes les plus réputés est Sir Trévor McDonald un homme de couleur voir ici.

Nous pouvons donc émettre le fait, d'une différence flagrante entre les mentalités anglaises et françaises. Cette petite rétrospection historique nous permet d'évaluer les différentes approches de ces deux pays européens pour aborder le sujet.
Pourtant, nous pouvons constater que les chaînes françaises s'adaptent peu à peu aux téléspectateurs et à l'opinion publique qui réclament une évolution de celles-ci.

Ce texte, qui proclame l'intégration d'un homme faisant parti d'une minorité ethnique et visible est la preuve plus ou moins concrète, de l'envie qu'ont les chaînes françaises de répondre aux exigences de ces politiques, de ces téléspectateurs, et de l'opinion publique en général.
Je m'avancerais à dire, qu'il faut admettre qu'en France depuis quelques années, on voit apparaître de plus en plus de Noirs, de Maghrébins, de Chinois ou d’Indiens en tant que présentateurs, ou journalistes dans le champ audiovisuel.
Durant de nombreuses annés, le public Français, a été un public captif auquel les directeurs de programmes imposaient leurs choix cinématographiques et journalistiques.

Néanmoins actuellement, il existe de façon exhaustive six chaînes hertziennes nationales en France de même qu'une douzaine de chaînes thématiques (dont LCI spécialisée dans l'information), une vingtaine de chaînes locales; et enfin on a pu voir au final, le nombre de chaînes se démultiplier à la suite de l'usage des antennes paraboliques, puis par la création de "bouquets numériques".

Depuis cette évolution, toutes les chaînes, à commencer par les chaînes privées, ont été obligées de s'adapter aux besoins de l'opinion publique qui réclamait des personnes reflétant la mixité Française.
Les chaînes privées furent les premières à s'aventurer à mettre des journalistes de couleur afin de présenter les journal de 13h et de 20h.

Point d'information:

Afin de mener à bien mon sujet je me suis aidée du site google fish. Ce site permet de traduire un texte d'une langue à l'autre selon le choix.
source de l'image:

"Défendre la diversité à TF1" interview de Rachid Hallaouy Source: L'Economiste

Je viens de découvrir, un article datant du 12 Octobre 2006 et qui semblerait correspondre au sujet que je traite à lire. Je vais donc tenter, de le décortiquer à l'aide de mes connaissances sur le sujet.

Cet article présenté sous forme d'interview met en avant, l'idée d'une journaliste Amel Arfaoui qui défend la représentativité culturelle et ethnique plus précisément dans les médias hexagonaux. Il faut savoir, que cette journaliste est française d'origine Tunisienne. Elle vit à Paris et est rattachée au service société de rédaction de la chaîne TF1.

Elle est favorable, à la prise de conscience de la parité à la télévision. Cette femme défend et est engagée face aux questions en rapport à la diversité. Elle lutte depuis de nombreuses années aux côtés des grands de la chaîne hertzienne Tf1 tels que: Etienne Mougeotte, vice-président de la chaîne, Patrick Poivre d’Arvor, présentateur du JT de 20 heures et de Robert Namias, directeur de l’information. Cela lui permet de répondre de façon favorable à l’arriver d'un journaliste de couleur.

Elle va même plus loin en énumérant le nombre de minorités ethniques qui furent engagées ces derniers mois. Elle semble faire référence à un travail de longue haleine qui ne fut pas de tout repos. Dans la même foulée, cette femme serait à l'initiative d'une fondation ayant pour but "de financer les projets développeurs en faveur des catégories défavorisées."

Ce texte m'a interpellée en particulier parce que dans le cas présent nous avons affaire à une femme, d'origine Tunisienne prônant la mixité à la télévision française. Son expérience et ses idées sont intéressantes pour étoffer mon sujet même si les quatre dernières questions posées s'ouvrent vers des idées bien plus larges que celles proposées.
Tout de même, je ne manquerai pas de faire constater qu'elle soulève l'idée que l'être humain est souvent plein de crainte face à l'autre et à sa diversité. Nous pouvons imaginer, que la télévision Française ne fait que refléter l'image que notre société dégage.
Source des images: